360 méridiens en 365 jours

Il était une fois un garçon qui voulait voyager tout autour du monde mais n’avait pas suffisamment d’argent pour boucler son budget. Il avait alors imaginé faire appel à ses lecteurs et au delà à tous ceux qui pouvaient être séduits par son projet. Ainsi il était possible de micro-sponsoriser une des ces 365 journées qu’il passerait ici ou là sur la planète pendant une année entière.

Joachim était en voyage autour du monde. Tout avait commencé à Paris le jour de son 25ème anniversaire, et il prévoyait de rentrer le jour de son 26ème anniversaire. Il voulait avoir franchi 360 méridiens en 365 jours…

Source : 360in365

En contrepartie Joachim, le nom du garçon dont je vous parle, s’engageait à envoyer de l’endroit où il était le jour choisi par le micro-sponsor un dessin qu’il aurait effectué sur place. J’ai choisi une journée de juin, le jour de l’anniversaire de mon fiston. Le 23 août je recevais une carte des États-Unis où il se trouvait :

La carte de Joachim, 360 in 365

La carte disait ceci :

Salut Franck !

Voici, avec beaucoup de retard, la carte postale du bout du monde !

Potosi est la ville minière la plus haute du monde… à 4000 m d’altitude, les mineurs vont sous les entrailles du Cerro Rico (4800 m) pour en ramener de l’argent ou de l’étain. L’intérieur des mines est vraiment incroyable, surchauffé, avec des odeurs de gaz, de l’eau qui te tombe dessus…

Merci pour le micro-sponsor, merci de m’aider à réaliser mon rêve !

Joachim

À l’intérieur de celle-ci figurait ce dessin effectué sur du papier bible :

Potosi, Bolivie

Assez régulièrement Joachim mettait à jour son journal de voyage avec les différents dessins envoyés un peu partout en France et ailleurs. On a pu suivre ainsi sa progression, admirer ses photos et lire ses impressions au fur et à mesure. J’avoue très humblement que ça m’aurait rudement plu de faire un voyage comme celui-ci, surtout avec un appareil photo dans la besace.

Non content d’avoir un sacré coup de crayon — vous pouvez aller admirer toutes les cartes qu’il a envoyées ici — ce garçon a beaucoup de talent pour raconter son périple et j’ai eu la chance, le jour de son retour en France, d’avoir la primeur de quelques-unes de ses péripéties. C’est un conteur de première ! Demandez-lui, si vous le croisez un jour, de vous raconter par exemple comment il a failli être marié de force à une Sud-Américaine. Vous observerez alors sa moustache friser, ses yeux briller et vous pourrez alors voyager…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Haut de page