L'élixir d'amour

Dimanche après-midi, nous avions rendez-vous sur les grandes marches de l'Opéra Bastille avec quelques blogueurs réunis par Kozlika. Au programme de cette matinée, L'élixir d'amour de Gaetano Donizetti. C'était, pour ma femme et moi, une grande première ! C'était la première fois que je rentrais dans un opéra ! Que n'ai-je attendu si longtemps ? Promis, je vais me rattraper dans le futur.

Nous voilà donc à attendre quelques minutes que tout le monde soit arrivé et nous entrons dans ce lieu magique. Je dois préciser que je suis un parfait néophyte dans l'art lyrique et c'est pourquoi je vous livrerai mes impressions sans jugement aucun. Au bout d'un petit moment, l'orchestre entame sa partition et les quelques centaines de personnes présentes font aussitôt silence. La magie commence. Elle ne finira que beaucoup plus tard, bien après que j'en sois ressorti et ce matin encore j'avais quelques airs dans la tête !

C'est magique, au moins autant que l'élixir du docteur Dulcamara dont on nous gratifiera de ses réclames entre les actes — à moins que ce ne soient des scènes, je ne sais pas trop !

Rideau couvert de réclames

Comme un gamin, j'ai été impressionné par les voix sans artifice qui portent si loin dans la salle et qui nous enveloppent. Je me suis enfonçé avec bonheur dans cette histoire simple et drôle. J'ai savouré la musique et les chants comme un bonbon. J'ai été estomaqué par le solo — est-ce le bon terme ? — de Nemorino et j'ai un peu regretté de n'avoir pas l'oreille assez fine pour entendre Adina comme il faut.

Troupe saluant le public

Merci Madame Kozlika pour ce joli moment, vraiment merci !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/2054

Haut de page