Lucie, épisode 9

Voilà le nouvel épisode du jeu imaginé par Kozlika. Les règles sont décrites sur ce billet chez elle. Si vous voulez prendre la suite, signalez vous d'un je prends dans les commentaires de ce billet ! Si un épisode n'est pas repris avant minuit, Kozlika prend et boucle à l'épisode suivant.

Bonne lecture[1].


Jeanne se réveilla un peu embrumée, alluma la lampe de chevet après avoir tatonné un peu et mit quelques instants à retrouver ces esprits. Que faisait-elle dans cette chambre inconnue ? Et puis la soirée et sa décision lui revinrent brutalement. Elle prit sa montre et regarda l'heure. Six heures du matin, pourquoi s'était-elle réveillée à six heures du matin ? Pourtant elle s'était endormie fatiguée, avec l'intention de profiter de la matinée pour récupérer avant de reprendre son travail.

Non, finalement non. Cette solution n'était pas la bonne se dit-elle. Il fallait absolument qu'elle trouva un autre endroit pour prendre un peu de recul et se décider enfin. Garder son commissaire ou retrouver sa liberté, parce qu'il n'était pas possible d'avoir les deux.

C'est en réfléchissant à tous ces évènements et à son futur plus ou moins probable qu'elle décida de refaire sa valise. Elle prit soin, comme d'habitude, de prendre une photo de l'endroit où elle se trouvait, puis rangea son appareil dans son sac. Quelques minutes plus tard, elle descendit les escaliers, posa ses clés et un mot pour le gardien qui était parti — d'après l'ardoise laissée sur le comptoir — à la boulangerie, et poussa la porte de l'hôtel.

* * *

Scott décida de prendre le métro pour se rendre à l'hôtel du Parc qu'il connaissait si bien. Une fois descendu dans les entrailles de la ville, il se retrouva sur le quai à attendre une des premières rames du matin. Un peu perdu dans ses pensées qui mélangeaient à la fois Jeanne, les beignets, l'opéra, et curieusement Caruso — un drôle de personnage, il observa la rame qui finissait de ralentir sur le quai opposé. Brusquement sa vue se figea. En face de lui, dans la voiture, se trouvait une femme assise qui le regardait fixement et qui écrivait avec son doigt sur les quelques traces de buées encore présentes sur la vitre. Puis, lentement, la rame démarra et reprit de la vitesse et c'est à ce moment là que Scott compris ce qui l'avait troublé. Cette femme était le sosie de Luciole ! Non, impossible, il ne pouvait y avoir deux femmes comme Luciole sur terre, ce ne pouvait être qu'elle.

Scott se frotta les yeux mais l'image était encore là, figée dans son cerveau et c'est mécaniquement qu'il monta dans le wagon qui venait de s'arrêter devant lui.

Quelques minutes plus tard, il émergea à l'air libre, comme on sort d'un mauvais rêve, et le brouhaha de la ville le ramena brusquement à la réalité. Comment expliquer ce qu'il s'était passé ? Etait-ce un cauchemar ou une une vision ? Pourtant il ne croyait pas à ses phénomènes, son métier lui avait appris à les ignorer. Il retrouva alors le chemin de l'hôtel du Parc et arriva en quelques pas devant l'entrée. Alors qu'il s'apprêtait à ouvrir la porte il revit en sur-impression sur la vitre le message que Luciole avait transmis ce matin : Jeanne = danger.

C'est alors qu'elle apparut en face de lui ...


Lire la suite écrite par Mialy...

Notes

[1] Si vous voulez reprendre tout l'histoire depuis le début, rendez-vous sur la page du wiki ou si vous préférez lire en passant de blog en blog, commencez alors par celui-là.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/2124

Haut de page