Merci Microsoft (5)

(suite du chapitre 4)

Le réveil a sonné à sept heures ce matin là. Soit environ quatre heures après m'être endormi. Pas assez pour un dormeur comme moi, mais il fallait se partager l'unique salle de bain à huit, nous devions ensuite aller petit-déjeuner dans un restaurant du port et nous avions rendez-vous à neuf heures tapantes pour la réunion. Il ne fallait pas trop trainer. Vous ai-je parlé des petits-déjeuners coréens ? Non ? Et bien c'est comme les déjeuners et c'est comme les diners. Du kimchi, du riz, de la soupe, un peu de poisson. Très monotone, à n'en pas douter, pour un français épicurien comme moi. Douloureux pour nos pauvres inducteurs absolument pas habitués à rester en position du lotus pendant des heures. Ca fait mal, ça fait vraiment mal et j'ai passé mon temps à gigoter pour soulager mes jambes l'une après l'autre. Un de mes voisins m'a rapidement proposé de me mettre sur mes genous, à la mode japonaise, ce que j'ai fait aussitôt, avec quelques regards de désapprobation des autres convives. C'est moins dur pour les inducteurs mais ce n'est pas beaucoup plus confortable.

Nous voilà donc à l'entrée de l'immeuble où se déroulera le séminaire. Nous laissons nos chaussures dans des casiers pourvus de chaussons de diverses tailles en éponge. J'ai eu du mal à trouver une paire à ma pointure, le 43 est rare là-bas, et c'est tous en chaussons que nous sommes entrés dans la salle. Je fais ma présentation, un peu de travers, mais ça passe car j'ai pu vérifié que la plupart avaient un niveau rudimentaire en anglais, ce qui m'arrangeait beaucoup je dois le dire. Bref, la matinée passe comme un charme et nous repartons aussitôt au restaurant où une salle nous avait été réservée. J'ai mangé une daurade à damner un saint et du fugu. Vous savez, ce petit poisson mortel si il est mal préparé. Et bien c'est délicieux ! C'est à l'occasion de ce déjeuner que j'ai pu observer d'un peu plus près la condition féminine dans ce pays. Peu de temps après avoir été installé dans la salle, le chef de service qui nous avait accueilli le matin a commencé à s'impatienter, trouvant le service bien long. Il a donné un ordre en coréen et j'ai vu toutes les têtes se tourner vers une femme ingénieur qui avait participé au séminaire avec nous. Aussitôt, elle s'est levée, s'est inclinée et est partie aider le personnel pour accelerer le service. Tout le monde avait l'air de trouver ça normal sauf moi et j'avoue honteusement ne pas avoir réagi à ce moment. J'aurai peut-être dû ? En attendant, elle a passé tout le repas à servir les uns et les autres !

Nous avons passé ensuite une bonne partie de l'après-midi dans la voiture pour retourner à Taejon. Ils m'ont laissé à l'hôtel et sont ensuite revenus me chercher pour un dernier diner dans un restaurant japonais assez réputé, d'après ce que j'ai compris. Nous étions dans une salle réservée, là aussi, et j'ai pu goûter quelques plats et boissons inconnues pour moi. Entre autre, un liquide blanchâtre, légèrement salé, pas désagréable. J'apprendrai plus tard dans la soirée qu'il s'agissait du liquide qu'on trouve dans les globes oculaires de certains poissons ! J'ai aussi observé, mais sans pour autant m'y essayer, certains prendre délicatement des petits tentacules de poulpes avec leurs baguettes et les avaler sans les macher. Ils étaient frais les poulpes, je peux vous l'assurer. Les tentacules bougeaient encore lorsque les convives les gobaient !

C'est aussi ce soir là que j'ai pu me rendre compte de l'avancée technologique en Corée. Tous avaient des téléphones portables derniers cris et mon petit Motorola que j'avais à l'époque n'a suscité aucune envie, bien au contraire. Ils avaient tous des écrans couleurs, des mélodies polyphoniques et des fonctions qui n'arriveront en France que bien plus tard. Ils n'ont absolument rien à envier aux japonais dans ce domaine et c'est encore vrai aujourd'hui ! Les cadres, là-bas, sont à la pointe. Les autres, eux, d'après ce que j'en ai vu, font ce qu'ils peuvent, comme partout ailleurs. Mais ça, ils ne me l'ont pas montré !

à suivre

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/2171

Haut de page