Il va falloir monter

La photo d'Antoine à illustrer

Encore ce matin, il va falloir monter pour aller le chercher. Encore ce matin la montée sera dangereuse. Encore ce matin j'arriverai fatigué. Et puis que vais-je trouver en route ? Un congénère qui m'aura doublé ? Un petit qui n'aura pas encore chuté ? Le vent qui fait parfois frissonner, ou la pluie qui fait glisser.

Il faudra du temps pour arriver là haut. Mouvement après mouvement, sans se précipiter, en assurant correctement ses prises, celles du bas surtout. Elles sont importantes celles du bas, elles supportent le poids du corps, elles permettent de soulager celles du haut et d'avancer. Petit à petit le bas devient plus petit, le haut devient moins haut. Petit à petit le tronc devient plus petit, les branches deviennent plus petites. Petit à petit la pénombre disparait. Tout change doucement. Tout s'éclaire tranquillement. Ne pas se précipiter, ne pas se dépêcher. La fin est proche.

Voilà. Je suis arrivé et je vais pouvoir m'abreuver et me restaurer. Elles sont beaucoup. Elles sont tout autour. Elles sont agitées, elles sont énervées. Et je suis équipé et habitué. Alors il n'y a pas d'embarras, pas d'hésitation. Je plonge enfin vers le trésor. Le miel doré !

Carnet d'ours, 1er décembre 2006

Ceci est ma participation au Dyptique 3.2 d'Akynou.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/2189

Haut de page