Le rêveur du train

Hier soir, alors que je me trouvais dans le train qui me ramenait à la maison, j'ai observé un homme qui dormait. Il avait largement plus de la soixantaine, pas très grand ni très épais, un visage marqué par les années et les intempéries, habillé pauvrement. Je l'ai tout d'abord pris pour un clochard, surtout parce qu'il avait quelques sacs vieux plastiques enfilés les uns dans les autres, comme pour leur donner plus de solidité, et puis j'ai remarqué qu'il portait des chaussures visiblement neuves, une montre qui avait l'air de l'être tout autant. Un voyageur parmi les autres.

Il dormait, en faisant des petits bruits — une sorte de claquement sec avec la langue —, ponctués par des reniflements, lorsque tout d'un coup il a commencé à déclamer d'une forte voix de ténor et une diction digne d'un ivrogne (la suite nous prouvera le contraire) :

— des trains propres,
— des trains à deux niveaux,
— des trains réguliers,
— des trains qui n'arrivent pas en retard,
— …
— j'attends ça depuis 1950 !

Sur le coup, on l'aurait bien imaginé sortant une bouteille de vin rouge et s'en enfiler une bonne rasade, mais non. Il s'est rendormi aussitôt laissant tout les occupants de la rame interloqués. Trois arrêts plus loin, là où moi aussi je devais descendre, il s'est réveillé, s'est levé rapidement, a rassemblé ses affaires et est sorti comme si de rien était !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/2218

Haut de page