Narcolepsie ferroviaire

Souvent lorsque je rentre à la maison après une fascinante dure journée de labeur, le tac-tac lancinant du train sur les rails m'endort régulièrement et c'est avec difficulté que je résiste à l'envie de faire une sieste. Pourquoi ne pas céder à la tentation me direz-vous ? Et bien certainement parce que je redoute de rater mon arrêt et ainsi rajouter quelques dizaines de minutes à mon trajet déjà suffisamment long. Peut-être aussi parce que je suis un peu paranoïaque et crains de me faire délester des quelques effets que je traine avec moi.

J'ai toujours été étonné de voir ceux qui profitent des quelques minutes qui les séparent de leurs destinations pour piquer un roupillon. Certains ont laissé glisser le journal ou le livre en cours de lecture, à l'endroit où ils ont piqué de la tête. Parfois un tressautement de la voiture ou un message sonore vient troubler leur repos, mais jamais très longtemps. Ils s'assurent de la position actuelle du train et, visiblement rassurés, retournent dans les bras de Morphée aussitôt. D'autres encore tentent de résister mais leurs têtes et leurs paupières se font de plus en plus lourdes.

À chaque fois que j'observe un de ces dormeurs, je ne manque pas de me demander à quoi il a consacré sa dernière nuit au lieu de se reposer. J'imagine parfois un diner en ville, une nuit de révision avant un examen, une sortie entre amis, ou bien une nuit devant un jeu vidéo, ou bien encore une nuit polissonne. Le choix est vaste et souvent la posture et l'aspect de la personne me guide vers l'une ou l'autre de ces possibilités — qui doit certainement être totalement erronée. Comme un jeu qui me tient éveillé.

Ce tac-tac, ce léger balancement de la voiture — qu'on appelle tangage ou roulis, je ne sais jamais quel est le bon terme — devient hypnotique à force de laisser divaguer ses pensées. Au point qu'il devient difficile de lire et qu'il faille que je range mon roman du moment pour me limiter à observer les paysages connus et familiers. Ce n'est qu'à l'arrivée que j'émerge enfin de cette brume narcoleptique.

Bon, il est l'heure, il faut que je me réveille, la gare est là, toute proche …

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/2411

Haut de page