Combat

Elle est là, tapie, sur une hauteur qu'on repère difficilement sur une carte. Sans bruit elle attend sa proie. Elle est sombre, ne fait aucun bruit, ne bouge même pas. Comme si elle était en catalepsie en attente d'un évènement particulier.

Lui, arrive doucement, sans presser le pas. Il a de la peine à se réveiller dans cette aube naissante. Les paupières sont encore chargées de sommeil et les yeux fragiles. Il regarde le sol pour éviter d'être ébloui et de trébucher. Il se frotte les yeux pour accélérer le réveil mais cela ne fait qu'irriter ses yeux qui commencent à s'embuer légèrement. Il sait pourtant que la confrontation est proche, imminente même. Il l'espère et la craint mais finalement il ira et la provoquera.

Elle le surveille toujours sans bouger, silencieuse. Elle sait qu'elle n'a jamais été délogée de sa position, qu'elle gagnera cette bataille, peut-être pas la guerre — c'est trop tôt pour le dire — mais au moins cette nouvelle bataille.

Soudain tout s'accélère, lui commence à s'animer, à parler. Elle s'anime alors à son tour, change de couleurs rapidement comme pour tromper son ennemi, pour le désorienter. Elle fait du bruit pour couvrir les paroles et les ordres d'en face. Il fait retraite rapidement pour se mettre à couvert et se reposer un peu avant de reprendre. Son alliée est là, toute proche. À eux deux ils ripostent mais sans beaucoup plus de succès qu'un léger changement de fréquence et d'intensité dans les rythmes visuels et sonores. Il est proche de la capitulation et se fige en attendant la fin. À cet instant de nouveaux ordres, de nouveaux encouragements arrivent de l'arrière : Allez ! Ne traîne pas !.

Cela suffit à lui redonner un peu d'allant mais pas suffisamment pour renverser la situation. Il décide alors de changer de tactique en se dirigeant vers une autre position forte. Cette fois-ci, il gagnera croit-il. Pourtant, son capital de résistance est bien entamé. Les stratèges adverses le connaissent bien et ont préparé des diversions suffisantes pour ce matin, les nouvelles couleurs et les nouveaux sons se font encore plus séduisants. Il se fige, abattu. Il a perdu le fil de ce qu'il faisait, il ne sait plus. C'est encore raté. Il faudra recommencer, demain.

Demain matin, encore, le combat reprendra entre mon fiston et la télévision !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/2589

Haut de page