Manif - 1re édition

Le 1er mai dernier j’ai proposé à mon fiston d’aller voir la manif qui passait pas très loin de chez nous. Le défilé commençait normalement à 14h30 de Denfert-Rochereau pour se terminer en fin d’après-midi à la Bastille. J’ai regardé le parcours prévu et nous avons décidé de nous rendre du côté du jardin du Luxembourg pour son baptême de manifestant — enfin de simple spectateur pour cette fois.

Sitôt dit, sitôt fait, dès le début de l’après-midi nous voilà en route dans le RER direction le grand nord, jusqu’à l’arrêt Luxembourg. Au passage à Denfert, une partie de la ligne est extérieure et nous avons pu nous rendre compte qu’il y avait déjà pas mal de monde qui attendait dehors, à différents points de rendez-vous. Arrivé à Luxembourg, nous sommes sortis, il était à peine la demie passée de quatorze heures et le cortège était déjà en train de défiler.

Manif du 1er mai 2009

Quartier du Luxembourg, Paris, 1er mai 2009.

Un groupe de jeunes étaient placés juste devant nous et lançait des slogans pour manifester contre l’interdiction du port de la cagoule. J’ai beaucoup aimé le « Nous sommes très méchants ! Nous mangeons les enfants ! » qu’ils scandaient à qui mieux mieux et qui attirait les marcheurs et les photographes amateurs. L’un d’entre eux portait un masque plutôt impressionnant, jaune fluo, probablement en provenance d’un laboratoire médical — le bonhomme dessous avait visiblement très chaud :

Manif du 1er mai 2009

Quartier du Luxembourg, Paris, 1er mai 2009.

Nous avons observé pendant quelque temps le cortège, fortement coloré en rouge d’ailleurs — la quasi-totalité des banderoles étaient siglées CGT —, et d’ailleurs nous étions pas les seuls. Un ballon captif muni d’une caméra ou d’un appareil photo numérique télécommandé était visible au dessus de nos têtes :

Manif du 1er mai 2009

Quartier du Luxembourg, Paris, 1er mai 2009.

Quelques dizaines de minutes plus tard le petit bonhomme a commencé à montrer des signes de lassitude compréhensibles lorsqu’on ne comprend pas trop ce qu’il se passe — et ce n’est pas faute d’avoir essayé de lui expliquer, mais à son âge il doit avoir d’autres préoccupations — et nous avons décidé de traverser la rue pour aller dans le jardin.

Manif du 1er mai 2009

Quartier du Luxembourg, Paris, 1er mai 2009.

Manif du 1er mai 2009

Quartier du Luxembourg, Paris, 1er mai 2009.

J’ai remarqué au passage l’armée des socialistes planquée en embuscade dans une rue perpendiculaire, mais entraîné par mon fiston impatient je n’ai pu constater le résultat de l’attaque — pour peu qu’ils aient réellement donné l’assaut sur l’armée syndicaliste — nous ne verrons aucune trace des combats à notre retour, quelques heures plus tard et ils avaient tous disparus :

Manif du 1er mai 2009

Quartier du Luxembourg, Paris, 1er mai 2009.

Quoiqu’il en soit, les médias étaient partis au bistrot en attendant le début des combats en laissant leurs montures en plein milieu de la place :

Manif du 1er mai 2009

Quartier du Luxembourg, Paris, 1er mai 2009.

En fin d’après-midi, après avoir tenté en vain d’épuiser le petit bonhomme dans le parc à bestiaux de jeu clôturé et réservé aux enfants, nous sommes ressortis pour constater que les gens défilaient encore. Mazette que de monde pensais-je en nous dirigeant vers l’entrée du RER. J’ai été surpris de croiser Antoine un policier déguisé qui transportait sa tenue cachée dans un grand sac à dos[1] :

Manif du 1er mai 2009

Quartier du Luxembourg, Paris, 1er mai 2009.

J’ai lu en revenant dans les journaux en ligne qu’il n’y avait pas eu la mobilisation espérée pour cette manifestation. Probable que le week-end prolongé ait empêché les gens fortunés et SDF de venir se joindre au reste de la plèbe. Je n’ai pas vu non plus de représentants du MEDEF. Était-ce délibéré de leur part ou pas ? Cela restera un mystère pour moi qui pensait que c’était un rassemblement unitaire de tous les syndicats !

Notes

[1] Ceci est de la pure fiction sortie tout droit de mon imagination débordante, quoique pas tant que ça si j’en crois les déboires de certains jeunes skinheads qui observaient la fin de la manif sur les marches de l’opéra Bastille. La presse s’en est fait l’écho à plusieurs reprises, une sombre histoire de policiers cagoulés — moi qui croyait qu’un décrêt avait été publié les interdisant… les cagoules hein, pas les policiers !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/3219

Haut de page