Jour de …

De grandes salles, remplies de miroir comme la galerie des glaces à Versailles, avec de longues et lourdes tentures pourpres et des embrasses dorées. J’avais traversé doucement ces grands espaces en me demandant bien ce que je faisais ici. Quelques portes plus loin j’avais entendu du bruit. Je m’étais approché, intrigué, et avais aperçu une salle immense, remplie de tables dressées pour un mariage et les convives qui devisaient gaiement et bruyamment. Je m’étais approché de la première table, juste devant moi, qui avait une place libre. Aucun doute, la chaise et l’assiette m’attendaient. Je m’étais installé en me disant que la lumière généreuse qui entrait par les grandes fenêtres de l’autre côté de la salle allait me gêner pour prendre des photos. J’étais à contre-jour !

C’étaient des collègues de travail, d’après ce que j’avais compris des quelques bribes de conversation que je captais ici et là. Ils devaient être bien éloigné des mariés vu la distance qui les séparaient de la table d’honneur dressée sur l’estrade au fond et devant une immense cheminée. Je m’étais levé et prétextant un besoin naturel j’étais ressorti par la porte où j’étais entré. J’avais avisé plus loin une porte-fenêtre légèrement entrebâillée. J’étais alors sorti et avais contourné petit à petit l’immense château Renaissance. J’avais fini par trouver une petite descente qui donnait sur une sorte de petit atelier. Un bricolage de système d’enregistrement vidéo était accroché avec quelques brides métalliques dans l’angle haut de la porte.

J’avais fait le tour tranquillement de cette petite pièce qui me semblait très familière sans arriver à me souvenir pourquoi. Une drôle d’impression de déjà vu m’embrumait l’esprit. C’est avec cette sensation plutôt désagréable que j’avais fini par me retrouver sur le parking. J’étais monté dans ma voiture et avais pris la route qui sortait du parc. La forêt que j’avais ensuite traversé était sombre, plutôt inquiétante. J’avais arrêté la voiture sur le côté et étais sorti avec mon appareil. J’avais clairement vu un mouvement bizarre plus loin, entre deux arbres. Intrigué je m’étais avancé au milieu des arbres jusqu’à cette petite clairière.

Une petite table de camping était déplié au centre, avec un appareil qui bourdonnait installé dessus. Quelques fils pendaient et rejoignait une batterie de voiture disposée sous la table. Je m’étais approché, curieux de voir de près ce qui faisait ce bruit et je m’étais arrêté à quelques pas en fixant attentivement le petit écran relié à un magnétoscope. Des images familières, très familières, tournaient en boucle. Mon passage dans les salles aux miroirs, mon entrée dans la grande salle de réception, ma sortie et mon petit tour du côté du petit atelier et enfin mon départ en voiture. Tout mon séjour là-bas avait été filmé et la seule question qui tournait en boucle dans mon esprit était de savoir pourquoi !

J’avais senti très nettement le coup dans le haut du dos, près de ma nuque. C’était froid et rugueux… Je n’ai plus que quelques petits enregistrements de ce qui s’était passé ensuite. Une conversation un peu bizarre à laquelle je n’avais pas compris pas grand chose. Deux hommes parlaient de succès, que personne n’avait rien vu et que j’étais prêt pour la production.

Voilà l’histoire que je raconte depuis à mes élèves, l’histoire du premier jour de …

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/3780

Haut de page