Le mystère du bleu chinois

La première fois que j’avais remarqué ce paquet, il était emballé dans un plastique transparent et bruyant. J’étais alors à la recherche de draps pour faire le lit et sans me poser plus de question, j’avais refermé le tiroir de la grande commode blanche de la chambre pour fouiller les autres.

Je dégotai un drap housse, rien de plus, ce qui nous mettait dans un léger embarras pour faire notre lit pour la nuit. Finalement, et après avoir dégusté une pizza trouvée quelques minutes plus tôt sur notre chemin, accompagnée d’un excellentissime cidre brut bouché qui avait rafraîchi dans le frigo, nous avions décidé de nous contenter d’une couette nue et nous nous étions endormis jusqu’au matin.

(Quelque temps plus tôt nous avions récupéré notre fiacre laissé à disposition comme convenu non loin de la gare où nous avions terminé notre parcours depuis Paris. Une demi-heure de route plus loin nous étions arrivés rue de la Paix et avions remarqué cette fameuse pizzeria qui proposait toute une carte de spécialités à emporter et avions aussitôt décidé d’y prendre de quoi nous sustenter. Nous ne pensions pas alors trouver toutes les victuailles laissées à notre intention particulière dans la maison par quelqu’un qui nous connaît plutôt bien. Jugez plutôt : saumon fumé, beurre de baratte demi-sel, crêpes, confiture de rhubarbe, vanille et noisette, du pain frais, une bouteille de cidre que nous mîmes au frais aussitôt ayant l’intention de fêter cette fin d’année un peu chargée en espérant que la nouvelle serait meilleure grâce à toutes les bulles que nous allions avaler. Et enfin et non le moindre, du café moulu fort prisé dans la région et quelques divines cornes de gazelle maisons pour accompagner le tout. Nous n’avons d’ailleurs pas ouvert le foie gras ni le saucisson que nous avions emportés avec nous. Bref nous étions à B(re)yzance !)

Ordoncques, ce soir, après une journée ma foi bien remplie de grasse matinée sous la couette, de deux cafés bien chauds, d’une petite course de ravitaillement et d’un détour pour aller remercier nos bienfaiteurs et du même coup leur souhaiter tout le meilleur pour l’année neuve, d’une balade source de quelques photos d’une lumière assez particulière sur la plage de la Grève Blanche, nous rentrâmes au logis afin d’y finir notre journée en allant au passage saluer deux amis ayant eux aussi passé une fin d’année plutôt mouvementée. Quelques geekeries et un long coup de fil nous conduirent jusqu’au soir ; nous décidâmes de déguster ce que je n’ai pas encore cité mais qui là encore avait été déposé dans la cuisine à notre intention : un Mont-d’Or prêt à aller au four et les meilleures pommes de terre de la baie du Mont Saint-Michel. Comme je le disais plus tôt dans la journée, je porte une grande attention à ce que je mange et je n’avais pas été déçu !

L’heure d’aller se coucher arriva et nous montâmes au premier étage où nous rangeâmes dans la commode le linge propre que nous avions récupéré dans la journée. À cette occasion le tiroir mystère fut rouvert et c’est à ce moment que la question s’était posée. Qu’était-ce que ce paquet et qui l’avait déposé ici ? Nous l’examinâmes d’un peu plus près et constatâmes qu’il contenait un bleu chinois de très belle qualité. L’étiquette collée sur le paquet indiquait une taille L, peu ou prou celle que j’ai l’habitude de porter. Finalement, ne trouvant pas d’indice franc sur l’origine d’icelui, nous finîmes par décider que je devais l’essayer. Il m’allait comme un gant, comme s’il avait été taillé sur mesure.

Cependant le mystère reste entier. Aucun de nous deux n’a apporté ce paquet ici et nous posons l’hypothèse qu’un des convives présents il y a six semaines aurait pu « oublier » cela ici. Or la plupart des convives dont je parle liront fort probablement ce billet et je suis assez impatient de savoir qui a eu cette drôle d’idée et pour quelle raison. En attendant, que pensez-vous que je doive faire ? Dois-je continuer à le porter ou le ranger soigneusement dans son emballage en attendant d’avoir le fin mot de l’histoire et de connaître le vrai destinataire ?

Voilà aujourd’hui, premier jour de l’an, comment le mystère du bleu chinois a commencé…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/6308

Haut de page