Crêpes (ou galettes) : garniture

Vous le savez bien évidemment que je me suis mis à fabriquer des crêpes, nom donné aux galettes de sarrasin (ou blé noir) dans le pays Bigouden, et qu’apparemment elles ont l’air d’être appréciées. Je voudrais remercier ici celui qui m’a mis la main à la pâte — j’assume volontiers les jeux de mots faciles —, et m’a expliqué deux-trois choses qu’il faut absolument savoir pour utiliser correctement un billig et la rozell. Il se reconnaitra j’en suis certain.

Le billig et ses accessoires

D’ordinaire, pour la version salée, je compose des complètes, œuf-jambon-gruyère, des roquefort-noix agrémentées parfois de crème fraîche, et tout dernièrement j’ai expérimenté une poitrine fumée—chèvre—pomme plutôt agréable.

Bien sûr je cherche de nouvelles idées et j’aimerais vous mettre à contribution pour trouver de nouvelles compositions. Attention, vous n’êtes pas à l’abri de devoir venir goûter vos propositions alors rien de farfelu à moins que vous n’ayez le goût du risque !

Sachez que la pâte à crêpe que j’utilise est un savant mélange[1] de farine de sarrasin, de farine de sarrasin complète, de farine blanche, d’œuf, de lait demi-écrémé, d’eau et d’un peu de sel.

La crêpe du chat

J’espère que vous avez faim, car habituellement ça donne des idées intéressantes ! À vos claviers…

Note

[1] Les proportions exactes sont un secret de famille qui sera transmis de génération en génération pendant des siècles des siècles !

Ajouter un commentaire

Comments can be formatted using the Markdown Extra syntax.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/7483

Haut de page