Chocolat chaud

  • Casser le reste de cette tablette de chocolat noir corsé en petits morceaux dans le fond de la casserole. Ne pas tout mettre, ça ferait trop. Recouvrir, à moitié, d’eau claire de la fontaine ou du robinet pour les citadins.
  • Mettre à chauffer vivement au début puis dès que l’eau se colore baisser le feu de l’âtre ou réduire la puissance pour les citadins.
  • Le chocolat fondu, rajouter doucement le lait en quantité suffisante et tourner sans discontinuer.
  • Cuire ainsi sans se presser en humant de temps en temps.
  • Décider qu’après tout ce serait dommage de ne pas utiliser les quatre malheureux carrés de chocolat non utilisés et les rajouter dans le mélange.
  • Toujours tourner doucement pour faire fondre les survivants.
  • Humer encore et décider de rajouter une grosse cuillère à café de crème fraîche épaisse pour rendre plus onctueux et adoucir le goût.
  • Attendre sans cesser le geste que les premières bulles se manifestent au dessus.
  • Attendre encore que la mousse se forme doucement.
  • Lorsqu’enfin le fumet envahit les narines au dessus sortir du feu ou éteindre la cuisinière pour les citadins.
  • Verser le fumant dans un bol doucement.
  • Sucrer à l’envi et déguster du bout des lèvres le liquide encore brûlant.
  • Sentir couler doucement de l’œsophage à l’estomac en suivant le parcours descendant.
  • Voir les yeux briller et se souvenir des yeux du beurre des tartines qu’on trempait dedans petit.
  • Ne pas oublier de ramasser le sucre encore présent au fond du bol, puis filer sous la couette pour rêver encore…

Boudiou et sapristi, pourquoi j’en fais pas plus souvent ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/7498

Haut de page