Worksforme

Je honnis cette expression anglophone, je l’abhorre, je la hais, elle est équivalente à un très sec « Va te faire voir ailleurs, j’en ai rien à battre, ça fonctionne chez moi ! » méprisant et dédaigneux. Pourtant je sais que ceux que je connais et qui l’utilisent ne sont ni méprisants ni dédaigneux à mon égard, bien au contraire. Mais il n’empêche que ça revient à renvoyer vers moi le défaut constaté alors qu’il est visiblement ailleurs voire chez eux.

Elle est souvent employée comme statut des tickets de d’erreur sur les systèmes de suivi de développement informatique, pour signaler en fait que celui qui tente de résoudre le problème n’a pu le reproduire sur son système de test. Je préfèrerais de loin qu’on indique plutôt “Can’t reproduce it” ou “Unreproducible” et que le ticket soit laissé ouvert afin que quelqu’un d’autre, plus tard, essaie de son côté de trouver ce qui coince.

Parfois il est difficile, voire impossible de reproduire l’environnement qui a généré l’erreur. Un cache non vidé, une version différente, un enchainement d’actions qui diffère, les causes peuvent être variées et souvent à l’infini. Je l’admets bien volontiers et bien souvent je me trouve en situation de celui qui cherche à reproduire le problème afin d’en identifier l’origine et tenter de le résoudre.

Le “Worksforme” équivaut pour moi à un ça ne marche pas chez celui qui découvre le problème, mais ça fonctionne chez moi (peu importe la raison) et donc je décide que ça fonctionne chez tout les autres. Je crois qu’il vaudrait mieux utiliser un autre vocable tel que “unreproducible” qui fait certes quelques lettres de plus mais qui est plus en conformité avec la réalité.

Z’en pensez-quoi vous autres ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/7656

Haut de page