Rue Édith et Julius Rosenberg

Rue Édith et Julius Rosenberg

Julius Rosenberg (ingénieur électricien, né le 12 mai 1918 à New York) et son épouse Ethel Rosenberg (née le 28 septembre 1915 à New York) sont un couple de Juifs new-yorkais communistes arrêtés pour espionnage au profit de l’URSS. Julius fut arrêté le 17 juillet 1950 et Ethel le 11 août. Ils furent jugés coupables le 5 avril 1951 et exécutés sur la chaise électrique le 19 juin 1953 dans la prison de Sing Sing.

Cette affaire d’espionnage eut lieu durant la guerre froide. En 1945, les États-Unis avaient l’exclusivité de la bombe atomique mais l’URSS put se doter dès 1949 de cette technologie, en partie grâce à l’espionnage. Le sénateur Joseph McCarthy lança ce que l’on a appelé le maccarthysme, une « chasse aux sorcières » qui dura de 1950 à 1953 et qui visait les sympathisants, militants ou agents communistes, qui étaient poursuivis par le HUAC (House Un-American Activities Committee).

La condamnation à mort des époux Rosenberg pour espionnage, alors qu’ils avaient toujours clamé leur innocence, attira des appels internationaux à la clémence et une campagne très médiatisée parlant d’un complot et d’une erreur judiciaire. Les époux Rosenberg furent d’ailleurs les seules personnes condamnées à mort puis exécutées pour espionnage dans le monde occidental après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Différentes sources postérieures au jugement, dont des témoignages soviétiques, confirment l’espionnage au profit de l’URSS, même si les partisans des Rosenberg soulèvent toujours le caractère injuste d’un jugement qu’ils estiment politique.

Ce que l’on sait 50 ans après : Les historiens

L’implication des Rosenberg a longtemps fait débat, jusqu’à ce que la diffusion d’informations secrètes des soviétiques confirme leur culpabilité. La conduite du procès et notamment la rétention d’informations est critiquée, et les archives du projet Venona qui ont établi la culpabilité sont ponctuellement mises en doute.

La publication des archives Venona, accablantes pour les Rosenberg, a mis un terme à la controverse. D’autres sources, notamment des mémoires, sont venues dans le même sens. L’historien Ronald Radosh, de sensibilité de gauche et défenseur des Rosenberg lors de l’affaire, passé au néo-conservatisme, a enquêté sur l’affaire et a conclu au final à la culpabilité des Rosenberg. Les historiens reconnaissent aujourd’hui largement cette culpabilité. Les services de désinformation soviétiques ont fait croire à l’innocence du couple.

[ source : Wikipedia ]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/8524

Haut de page