Aujourd'hui naqueter

Je les vois naqueter tous les jours ou presque, à travers leurs messages récurrents, ils s’invectivent les uns les autres, se promettent de grandes révolutions, le renversement du gouvernement, voire l’insurrection ! Ils renient cette même représentation nationale qu’ils ont pourtant placée là pour faire les lois. La démocratie n’est plus légitime à leur yeux, la Constitution n’est plus digne de respect et pourtant ils espèrent encore et toujours un sursaut partisan du Conseil Constitutionnel qui n’arrivera surement pas.

Et puis comme un pétard mouillé tout ça va finir par retomber, laissant des traces profondes chez les plus fragiles de celles et ceux sur lesquels ils ont jeté l’opprobre. Ils vont rentrer chez eux, penser aux vacances de l’été qui arrivent, de l’anniversaire du p’tit dernier, celui-là même qui pourrait bien être ou devenir l’honni de la famille !

Souvent je relis leurs haines, leurs invectives, pour m’assurer que je n’ai pas rêvé et parfois je remplace homosexuel par immigré ou par musulman ou par handicapé ou par gros ou par SDF ou par… La liste est longue des minorités écartées de leurs normatifs quotidiens, et je retrouve des slogans, des petites phrases assassines qui font remonter de mes souvenirs mes lectures récentes sur les conflits du siècle passé.

Je pense aussi à ce roman de science-fiction où un jeune homme se risque dans un labyrinthe pour débusquer celui qui s’était banni dans le passé et dont les pensées les plus noires et les plus glauques sont librement et ouvertement entendues par ceux qui s’en approchent.

— Pourquoi est-il retourné s’enfermer dans le labyrinthe, Ned ?
— Pour la même raison qui a fait que tout est arrivé.
— Quelle est-elle ?
— Il aimait les hommes, dit-il.

Robert Silverberg, L’Homme dans le labyrinthe

Voilà la malédiction de ces derniers mois : ils n’ont pas su conserver dans leurs têtes ce qui aurait du y rester. Sauront-ils renfermer l’hybris ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/9117

Haut de page