Aujourd'hui apostille

Il a parfois des régressions surprenantes et décourageantes et je me demande souvent combien de temps ça va encore durer[1].

J’aime beaucoup le doodle du jour chez Google[2].

S’il y a bien un truc qui m’énerve prodigieusement c’est la manie qu’ont certains de commencer des choses et de les laisser en plan, non finies, en attendant que quelqu’un d’autre reprenne le travail[3].

Plage de la Grève Jaune au Guilvinec

Il va être l’heure du 2e café, puis de s’habiller et d’aller inscrire le minot à l’école de voile. Ensuite un aller-retour à Décathlon pour trouver un vélo afin qu’il puisse circuler un peu dans le quartier. J’aimerais qu’il grandisse un peu, alors qu’en ce moment ses peurs enfantines ressurgissent sans trop de raisons évidentes.

Notes

[1] Et je fais souvent des comparaisons avec le temps où j’avais son âge et je mesure l’écart incroyable entre nous deux et il m’arrive étrangement de penser à ce roman lu il y a longtemps « Des fleurs pour Algernon » de Daniel Keyes.

[2] Il est consacré au 126e anniversaire de la naissance d’Erwin Schrödinger ou de son chat, on ne sait pas trop, personne n’ayant encore ouvert la boîte où ils sont tous les deux.

[3] Il y a trois types caractéristiques de personnes, celles qui commencent, celles qui poursuivent, celles qui finissent ; certaines cumulent deux voire trois de ces caractéristiques.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/9651

Haut de page