Aujourd'hui tendron

J’avoue avoir un peu mal avec ceux qui sempiternellement refont toujours et encore les mêmes erreurs, simplement parce qu’ils ne font pas attention à ce qu’ils font, à tel point que parfois je me demande s’ils ne comptent pas sur les autres pour le faire à leur place, comme une duègne le ferait avec un tendron.

Il y a dans cette attitude deux aspects qui me dérangent fortement. Le premier est ce que je prends comme un manque de respect évident, et je le prends — et c’est surement très subjectif — comme un bas travail donné à un sous-fifre, chargé de nettoyer et ranger après le travail du maître. Ce n’est pas loin du mépris. Le deuxième est que ça rompt la confiance donnée.

Dans tous les cas, c’est du temps potentiellement perdu, de l’énervement et une disponibilité qui se réduit. Ça introduit une défiance et une dépendance malsaine. Ces mots sont peut-être un peu exagérés, parce qu’écrits dans l’instant, mais les sentiments éprouvés sont réels, en ce qui me concerne.

Pour que les gens méritent notre confiance, il faut commencer par la leur donner.

Marcel Pagnol, Le Temps des amours

Je fais confiance, d’emblée, mais une fois celle-ci heurtée, mise en défaut, il sera très difficile de la regagner.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/10279

Haut de page