Aujourd'hui brouillamini

J’ai testé deux fois un service VTC — au retour de deux voyages en train — et j’avoue que pouvoir réserver sa voiture avant de partir ou alors dans le train avant d’arriver à la gare et de savoir qu’on ne va pas passer une heure et plus dans une file d’attente en sous-sol, mal éclairée, mal-odorante et crasseuse comme c’est le cas à Montparnasse ou à la gare de Lyon est plutôt agréable.

Pas de brouillamini avec le prix, connu et payé d’avance, et pas forcément plus cher qu’un taxi dument licencié puisque ceux-ci affichent au compteur, avant même que vous ne soyez monté dans leur véhicule un montant de prise en charge. Idem d’ailleurs avec un taxi réservé via une centrale de réservation, le compteur n’est pas nul quand vous montez dans le taxi. Du coup le montant de la course est assez comparable.

Je suis un français râleur — ce qui est un pléonasme, voire même une tautologie tellement on le cultive !

Mon cher Ludwig, vous connaissez mal les français. Nous avons le complexe de la liberté, ça date de 89. Nous avons égorgé la moitié de l’Europe au nom de ce principe. Depuis que Napoléon a écrasé la Pologne, nous ne supportons pas que quiconque le fasse à notre place. Nous aurions l’impression d’être frustrés.

Michel Audiard, Un taxi pour Tobrouk (1961)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/10340

Haut de page