Qu'est-ce que j'oublie ?

Qu’est-ce que j’oublie ?

Voilà la question que je me suis posée ce matin en montant sur la moto. Qu’est-ce que j’oublie ? A priori, rien, alors j’ai démarré et je suis parti. Toujours cette légère bruine dehors, pas vraiment gênante, mais qui rend encore les routes glissantes — depuis quasi un mois de nouvelle moto, je n’ai fait que ça, rouler sur route humide et grasse de gas-oil.

Quelques kilomètres plus loin je me suis souvenu ! Le sur-pantalon de pluie. J’avais oublié de l’enfiler. Résultat, les poches du jean copieusement trempées avec évidemment le téléphone d’un côté et le porte-monnaie de l’autre. Par chance, aucun des deux n’en a souffert.

Dites, Mr Albert Simon, vous qui faites la pluie et le beau là-haut, vous voudriez pas nous mettre un joli printemps sec et ensoleillé s’il vous plaît ?

Parce que voilà, j’irais bien faire une virée quelque part, ce week-end, histoire de tester un peu la route et l’autoroute avec le bestiau…


Je me souviens tout d’un coup de la fin de mon rêve de ce matin. Sur un hors-bord, avec le frangin aux commandes — n’annif m’sieur si tu me lis aujourd’hui — et moi devant sur le fleuve Amazone. Je prenais des photos avec mon téléphone quand soudain on a avisé en face une grosse vague qui remontait vers nous — comme une sorte de mascaret — avec plein de gamins qui s’amusaient dedans, et au moment de la rencontre je me suis dit : « Et merde, mon téléphone n’est pas étanche ! ».

C’était un rêve prémonitoire vous croyez ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/10573

Haut de page