Privé

Privé de dessert !

Bon, en même temps, j’ai toujours eu la gueule plus salée que sucrée, donc ça ne me gêne pas plus que ça. Sauf, bien sûr, si c’était la tarte aux fraises ou des maamouls, évidemment ! À ranger dans les souvenirs d’enfance…

N’hésitez jamais à priver vos mômes de dessert, surtout s’il n’y en a pas beaucoup et que vous l’aimez !

Frédéric Dard, Les pensées de San-Antonio

Tiens en parlant de gamin :

Papa ? J’peux te parler ? En privé ?

Uh uh, signe qu’il a un truc à demander que je serais plus enclin à accepter entre quat’z’yeux que devant tout le monde où, modèle de paternité exemplaire oblige, je serais tenu de m’en tenir aux règles très strictes que j’applique depuis des lustres. M’est avis que ce gamin n’est pas la moitié d’un con, quand il veut !

Propriété privée.

Ce texte ornait l’entrée d’une maison que nous trouvions lugubre, gamins, et où, paraît-il, les allemands enfermaient leurs prisonniers dans son sous-sol pendant la guerre. Je vous raconte pas les images qui nous traversaient la tête quand les copains nous affirmaient ça. On en a fait des conneries quand on trainait toute la journée dehors, mais cette rumeur nous a tenu à l’écart de cette demeure aux volets clos et apparemment à l’abandon de manière très efficace. Comme quoi…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/10798

Haut de page