Les dessous chics

Rendez-vous matutinal dans cette agence web. On m’accueille, on me fait monter au premier, par les escaliers, l’ascenseur étant momentanément en panne et je me retrouve dans la pénombre d’un open-space où j’entends une flopée de conversation. Aucun visage ne m’est visible et je suis un peu perdu.

Soudain, lumières, je me retrouve devant une grande table ovale où visiblement se tient une réunion de travail avec le chef du lieu. Il commence à m’interroger sur mes motivations, à quoi je lui réponds mon envie de travailler dans le web, plus spécialement autour des questions d’accessibilité. Je sens qu’une présence familière dans mon dos me pousse à continuer, alors je parle de ce que je fais côté open-source sur mon temps libre, tout en me demandant s’ils ne vont pas considérer que ce temps, justement, sera du temps en moins pour eux.

Je clos là l’interrogatoire, sans en savoir plus sur leurs motivations et leurs propositions — d’ailleurs je ne suis même pas sûr qu’ils en aient à me faire —, et tout en prétextant un horaire rigide de travail je repars vers l’escalier quant j’aperçois l’ascenseur qui s’ouvre à l’étage.

Je m’avance, je rentre et appuie sur le bouton du rez-de-chaussée et lorsque le brouhaha des discussions s’atténue j’entends la petite musique diffusée dans la cabine…

Jane Birkin qui chante « Les dessous chics ».

C’est là que je me suis réveillé et eu envie d’un café couleur café !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/10882

Haut de page