Quelque part dans la nuit

C’était quelque part dans la nuit, dans cet appartement plutôt petit, et ses quelques disjoncteurs qui avaient basculé sans que je comprenne pourquoi. Je les avais remontés, un à un, et j’avais ensuite exploré ce réduit, rempli de vieilleries en tout genre, d’un établi et de quelques outils, quelques vieilles armoires et buffets, tout aussi pleins de poussières et de toiles d’araignée. Il faudrait ranger ça m’étais-je dit alors.

Puis je m’étais retrouvé dans cette fichue camionnette qui avait du mal à monter cette pente plutôt raide, toute en virages serrés. Fichtre, que faisais-je la dedans ? La boîte de vitesse craquait à chaque sollicitation et je sentais l’équilibre précaire de l’engin quand il fallait virer sec. Plus d’une fois je m’étais inquiété d’un renversement dans le fossé.

Je me suis réveillé ce matin avec ces deux souvenirs, quasi persuadé qu’ils dataient de cette nuit, alors que c’était faux pour le second, car je sais qu’il date d’hier. C’est étrange la mémoire des rêves, quand elle se manifeste.

Internet est comme l’esprit humain : un détail suffit pour réveiller une chaîne de synapses qui ramènent à la mémoire quelque chose qu’on croyait oublié. Le réseau n’oublie pas.

Donato Carrisi, Le tribunal des âmes

Et pourtant ces mémoires finissent par disparaître, dans ma tête et sur le net. Qui se souvient du thème du blog de mes débuts ? Et si vous savez, qu’est-ce que soudain vos synapses vous ramènent à la surface ?

C’était la fin d’un cycle, pour moi, et le début d’un autre. C’était peu de temps plus tard l’Hôtel des blogueurs — qu’il faudrait d’ailleurs que je remette en ligne, puisque je possède la sauvegarde de ce blog là — et je mettais un pied, puis l’autre dans Dotclear. L’histoire à beaucoup évolué depuis…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/11569

Haut de page