La complainte des filles de joie

Elles sont tous les soirs sur mon chemin, quand je rentre du boulot. Après avoir garé ma moto dans le parking je parcours les quelques centaines de mètres qui me séparent de mon domicile et à chaque fois j’ai droit à un timide « Bonjour ».

Jamais plus, parfois rien.

Parfois je réponds « bonjour », parfois rien, la tête ailleurs…

Elles sont toutes asiatiques, parlent quelques langues différentes, parfois je crois reconnaître du chinois. Elles ont toutes un petit sac de course à la main, histoire de donner le change en cas d’un improbable contrôle policier.

Je passe tous les jours, et tous les jours elles m’interpellent d’un « bonjour « timide, lancé presque en chuchotant quand je passe à leur portée, jamais de très loin.

Il y a quelques mois il y a eu une descente policière, après une enquête de plusieurs mois racontaient les journaux et les trottoirs se sont vidés. Pendant quinze jours environ. Puis elles sont revenues, encore plus nombreuses qu’avant.

Je me demande si elles vont finir par me reconnaître, à me croiser ainsi tous les jours depuis des mois, mais qui ressemble plus à un blanc qu’un autre blanc ?

Les clients sont rares ou alors extrêmement discrets, ou alors les deux, qui sait ? J’en ai vu un négocier une fois, un autre partir avec l’une d’entre elle…

Je les plains parfois, surtout l’hiver ou quand il pleut et qu’elles sortent alors leur grand parapluie pour protéger leur tenue légère. Passer la nuit dehors à susurrer leur « bonjour » aux hommes pressés d’aller se mettre à l’abri, cols relevés et manteaux fermés.

Toute l’année elle disent « bonjour » aux hommes seuls qui passent par là, évitant soigneusement les couples et ceux qui marchent avec des enfants.

Bonjour et uniquement bonjour.

Peut-être ne connaissent-elles du français que ce mot là ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/11663

Haut de page