À l’enseigne de la fille sans cœur

À l’enseigne de la fille sans cœur il y avait un bateau. Dans la cabine de ce bateau il y avait un appareil photo. Sur la pellicule de cet appareil il y avait une photo :

Le port du Guilvinec

Ça a piqué ma curiosité alors j’ai cherché dans le bottin. Dans l’épais ouvrage il y avait effectivement l’adresse alors je m’y suis rendu. Devant la petite boutique il y avait une chaise. Sur cette chaise était assise une vielle femme qui attendait. Je me suis approché et je lui ai demandé :

« Qu’attendez-vous ainsi, madame ?
— J’attends mon homme, mon marin, parti faire la campagne de pêche.
— Et il y a longtemps qu’il est parti ?
— J’ai cessé de compter, depuis le temps, m’a-t-elle répondu, mais l’ennuyeux c’est qu’il a emporté mon cœur avec lui ! »

Je suis resté là quelques secondes, ruminant les pensées qui me venaient sans interruption, imaginant un grand chalutier rouillé, balloté par les vagues pendant que les hommes remontaient le chalut. J’ai ensuite relevé la tête et la chaise et la petite dame avaient disparu devant ce vieux rideau en fer rouillé qui n’avait surement pas été remonté depuis des années.

Elle grinçait doucement à la faveur de la brise qui suivait les ruelles de l’arrière-port. La petite pancarte de fer émaillée où on distinguait encore une jeune fille portant un bouquet et une jolie flasque de verre translucide. On distinguait encore quelques caractères de l’inscription « Antiquités ».

Il y aurait surement une histoire, une nouvelle, voire même un roman à écrire m’étais-je dit en retournant vers le port.

J’ai alors trouvé une chaise, identique, et la même vieille dame toute ridée assise dessus. Je me suis approché et j’ai vu qu’elle dormait. Alors j’ai remonté le châle qui était tombé de ses épaules et suis parti vers la poissonnerie acheter de quoi faire le dîner du soir. Je n’avais pas fait quelques pas que j’ai soudain entendu derrière mon dos :

« Si vous croisez mon mari, dites-lui de me rapporter mon cœur, vous serez gentil ! »

Évidement je me suis arrêté et retourné et évidement…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/11771

Haut de page