Quand j’aurai du vent dans mon crâne

Peut-être quand je ne serai plus en mesure de rouler en moto, voire en voiture, qui sait ? À l’heure de ma retraite future — j’ai encore probablement plus qu’une dizaine d’années encore à faire avant cette échéance, douze peut-être quinze si les seuils changent d’ici là —, ou bien avant ? Qui sait ?

J’ai vu passer une nouvelle sur la sortie d’un petit widget censé indiquer le temps restant avant la mort, en se basant sur des calculs savants faits à partir de données biométriques que les capteurs, toujours plus précis et sensibles, rapportent en temps réel sur nos téléphones. Vous l’installeriez, vous, cette application, pour connaître en permanence et à la seconde près le temps qu’il vous reste à vivre ?

Triste horizon…

Personnellement je préfère la surprise.

Et puis de toute façon j’ai déjà du mal à me projeter dans cette période où les contraintes professionnelles auront disparu, où j’aurai, j’espère, l’occasion de faire encore plus de jolies balades à moto, avec l’appareil photo en bandoulière, plus de temps pour rencontrer les autres (les connus et les inconnus), peut-être avoir encore suffisamment de mojo pour continuer à faire quelques geekeries, …

Donc pour l’instant c’est carpe diem, autant que faire se peut.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/11784

Haut de page