La cavaleuse

Pas d’arrière-goût amer, je crois, quand je me suis mis hier, à faire ça :

Préparation de la cochonaille : saucisse de Montbéliard, bacon et poitrine fumée

Pas d’arrière-goût amer, je crois, quand j’ai poursuivi hier, en faisant ça :

Préparation des fruits et légumes : pommes rissolées et oignons fondus

Pas d’arrière-goût amer, je crois, quand j’avais fini hier, d’installer tout ça :

Mise en place, tout est prêt : fromages, beurre, poisson, miel, …

Pas d’arrière-goût amer, je crois, quand j’ai composé hier, quelque chose comme ça :

Marier l'est et l'ouest dans une crêpe : saucisses de Montbéliard et camembert

Pas d’arrière-goût amer, je crois, quand je me suis mis hier, à faire aussi ça :

Marier le sel et le sucre dans une crêpe : chèvre, roquefort, miel et noix

Pas d’arrière-goût amer, je crois…

En fait je rame un peu pour raccrocher le titre de cette chanson, via ses paroles, à ce que j’avais envie de publier aujourd’hui. N’empêche que pour vrai[1] c’était rudement bon !

Note

[1] J’aime bien cette expression québécoise qui veut dire exactement ce que vous croyez qu’elle veut dire !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/11841

Haut de page