Lettre à l’alcool

Alors voyons :

  • A pour Alcool à brûler, pour la fondue évidemment
  • B pour la Bière, forcément
  • C pour le Calva que j’ai découvert petit, et la Chimay bleue
  • D pour le Dimple, que je n’aime pas plus que ça
  • E pour toutes les eaux-de-vie que j’ai pu goûter un jour
  • F pour le Floc de Gascogne, qui m’évoque un voyage passé
  • G pour les Glen d’Écosse et la Goudale
  • H pour le houblon
  • I pour l’Irish Coffee d’hiver
  • K pour le Kirsh, mais ça fait une paye que je n’en ai pas bu
  • L pour les liqueurs que je trouve souvent trop sucrées
  • M pour le Mojito avec la menthe du jardin, ou pour le Middleton du sud de l’Irlande
  • O pour l’Ouzo servi avec de l’eau glacée quand il fait chaud
  • P pour le Pastis des soirs d’été
  • R pour le rhum, agricole, qui servira dans le Mojito ci-dessus
  • S pour le Soju bu en Corée du Sud
  • T pour la Trois Monts, bière de garde que j’alterne avec la Goudale
  • V pour la vodka sifflée un soir triste de Noël
  • Z pour la Zubrowka dont je n’ai jamais su détecter le goût de l’herbe qui y est incorporée !

Je sais, je sais, il manque des lettres, mais vous croyez que c’est facile d’écrire tout ça de bon matin en étant bourré ?

Maintenant, riez :

via @odwulf

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/12143

Haut de page