Liberté

Dans la littérature zen, mais aussi dans les récits de toutes les grandes religions, on trouve des voyageurs parcourant ainsi les montagnes. L’allégorie est facile entre la montagne et l’obstacle spirituel que tout âme doit franchir pour atteindre le but de sa quête. Comme ceux que nous laissons derrière nous, dans la vallée, la plupart des gens demeurent toute leur vie au pied des montagnes de l’esprit, sans chercher à les gravir. Ils se contentent d’écouter le récit de ceux qui les ont vaincues; ils évitent ainsi les difficultés de l’ascension. D’autres partent dans la montagne, accompagnés de guides expérimentés et qui connaissent les voies les meilleures, les moins dangereuses. D’autres encore, sans expérience, et se méfiant des guides, s’efforcent de trouver des itinéraires inédits; bien peu y parviennent. Mais, parfois, certains d’entre eux, touchés par la grâce, à force de volonté et de hasards heureux, parviennent au but. Une fois arrivés, ils se rendent compte, plus facilement que tous les autres, que le nombre de voies n’est pas limité. Il y a autant de chemins que de voyageurs.

Robert M. Pirsig, Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes

Sentiment renouvelé à chaque fois que j’enfourche ma moto et que je pars pour faire quelques kilomètres sur les routes.

C’est très agréable !

Haut de page