Racornir

Ô arrêter le temps ! Repousser à jamais l’heure inéluctable du tombeau ! Mais non, hélas, la camarde ricane et nous guette sans hâte, tandis que sournoisement d’heure en heure nous ne cessons de nous flétrir, de nous racornir, de nous friper, de nous tasser lentement mais sûrement jusqu’au stade ultime où les microbes infâmes nous jailliront des entrailles pour nous liquéfier les chairs et nous réduire à l’état d’engrais naturel.

Pierre Desproges, Vivons heureux en attendant la mort

C’est vrai que finalement, nous ne sommes pas grand chose et pendant pas longtemps !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/12673

Haut de page