Jour de pluie

Passage du Moulinet, Paris 13e

Le Pen et le FN ont des casseroles en train de bouillir, mais ce n’est probablement pas ça qui fera bouger d’un iota l’intention de leurs électeurs persuadés qu’ils sont que c’est un complot ou un pied de nez à/aux institution(s) qu’ils souhaitent mettre à bas.

Il est probable qu’il en soit strictement de même, ou presque, du côté des électeurs de Fillon, même si ici et là on en entend certains dire qu’il ne peuvent en leur âme et conscience voter pour un candidat ayant profité à ses fins personnelles d’argent public et qu’ils iraient en se pinçant le nez voter pour Macron ; il suffit d’aller consulter l’historique judiciaire des partis de droite pour s’en persuader. Ça n’a rarement empêché quelqu’un d’être finalement (ré-)élu.

Il y a encore 3 mois avant le 1er tour, c’est-à-dire une éternité en terme de stratégie politique. Pensez qu’il y a quelques mois on nous promettait Juppé élu sans mal, puis quelques mois plus tard c’était au tour de Fillon, on passe sporadiquement au centre-droit avec Macron et puis on va bientôt revenir du côté de Fillon… Bref, ça boucle… mais à droite.

Du coup on ira voter pour celui qu’on préfère au 1er tour, de toute façon il ne sera pas au second, et puis au second justement, on ira voter en se pinçant le nez un bulletin probablement vierge en ce qui me concerne, même si… Oui, même si.

Maintenant on pourrait rêver d’une alliance à gauche, Jadot, Mélenchon derrière Hamon, bien qu’à mon avis ces deux derniers ne soient pas tout à fait compatibles question ego, surtout pour le premier d’ailleurs ; un seul candidat, donc, pour arriver à une quadrangulaire Hamon, Macron, Fillon et Le Pen. Seul cas de figure où la gauche pourrait se retrouver au second tour ; mais il y a tellement de mais derrière ce scénario qu’il en devient difficilement vraisemblable.

Ce qui m’inquiète, en ce moment, c’est ce que deviendra la police et son impunité installée depuis l’état d’urgence, sous un gouvernement de droite, voyant ce qu’elle est déjà sous un gouvernement qui s’affiche de gauche. Pas d’amalgame me direz-vous, tous les policiers ne sont pas… Sauf que leur réputation, affaire après affaire, n’est pas glorieuse.

Contrôles au faciès répétés dès l’âge de 10-12 ans, en l’absence de signe d’infractions, fréquemment assortis de palpations portant atteinte à l’intimité, d’un tutoiement systématique des policiers, et parfois de propos insultants, voire racistes : tel est, selon Human Rights Watch (HRW), le lot des jeunes Français issus des minorités.

Médiapart, Human Rights Watch dénonce des contrôles d’identités «humiliants» dès 10 ans (article payant)

Ça c’était en 2012, au moment de l’investiture d’Hollande et ça n’a pas varié d’un iota depuis 5 ans en oubliant au passage le récépissé de contrôle d’identité promis (sic) pendant la précédente campagne présidentielle. Au contraire, hier soir à Aulnay-sous-Bois, les autorités ont préféré envoyer des CRS et éteindre toutes les lumières du quartier ; je ne vois pas comment mieux attiser la colère…

Tiens d’ailleurs, comment est la police dans les autres pays d’Europe ? Aussi agressive et vindicative, avec le même sentiment d’impunité ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/13202

Haut de page