Les décrocheurs de lune

Chaque année, je vois des ados partir à la conquête de leur propre estime de soi, découvrir qu’ils ne sont pas les “nuls” qu’ils ont la conviction (pour certains, martelée par la famille, voire par certains enseignants) d’être… …Et puis s’intéresser, découvrir, remporter des petites et des grandes victoires sur l’école et sur eux-mêmes. Chaque année, ceux qui prétendaient en septembre “je suis trop bête, je ne saurai jamais le faire !” deviennent progressivement des passeurs, prédisant à leur tour à d’autres : “mais si, tu vas y arriver, je te le promets”. Chaque année, certains d’entre eux me regardent avec des yeux écarquillés d’incrédulité, quand je leur annonce qu’on va faire un journal qui dépote (“mais m’sieur, je suis nul en français !”), une pièce de théâtre à couper le souffle (“mais m’sieur, je suis dyslexique !”), ou un voyage culturel qu’on n’oubliera jamais (“mais m’sieur, je suis trop bête pour aller au musée !”). Et le journal dépote, la pièce de théâtre coupe le souffle, le voyage nous laisse ébouriffés de découvertes. Alors, chaque année, je gagne une multitude de paris qui me font prendre un tour de taille en juin (car, auparavant, il y aura eu ce dialogue désormais classique dans mon bureau : “M’sieur, faut que vous soyez réaliste : je suis débile, j’aurai jamais mon CAP / mon BEP / mon bac ! — On parie un kebab ?”).

M. LeChieur, ★ Les chiens noirs du Mexique ★

À suivre…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/13390

Haut de page