Chemin faisant

Trottoir de gauche, j’arrive au droit d’un passage piéton. Une dame assez âgée attend de pouvoir traverser, son cabas lourd et pendant à la main droite. Une voiture de la police nationale approche, gyrophares éteint, sans autres bruits que ceux des roues sur la chaussée humide, à une allure d’escargot.

J’observe l’instant en prévoyant l’arrêt du véhicule et la traversée de la dame. Celle-ci s’était en effet approchée de la chaussée… Mais la voiture n’a pas daigné s’arrêter, comme le code de la route le lui impose pourtant, et a continué son chemin en ignorant l’innocente, résignée. Bel exemple messieurs, continuez !

Assis en face de moi, ou plutôt de biais, dans le tram, un grand homme plutôt sec tenait en sa main un téléphone à l’envers, avec l’écran tourné vers les autres passagers et s’inquiétait manifestement de ne pas entendre son correspondant en le tenant ainsi près de son oreille. Est-ce que le haut-parleur était disposé sur le dos de l’appareil me suis-je demandé in petto ? Peut-être, ou alors est-ce une autre mode, comme ceux qui pour parler à leur correspondant tiennent leur smartphone comme une biscotte, prêts à croquer dedans — satisfaisant !

L’autre soir, en rentrant avec le tram, j’ai recroisé le black aux sourates, toujours plongé avec application dans son ouvrage ; ça m’a fait plaisir de le voir ainsi, ignorant complètement son entourage et tout entier à sa récitation du moment.

C’est calme sur les trottoirs et dans le tram ces jours-ci !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/13605

Haut de page