Fanfare

Fanfare qui fait un aller et retour, avec les fausses notes et les couacs de rigueur.

Les pétards, parfois en série, et les p’tits cons qui font hurler leur cinquante centimètres cube dans la rue.

Pas entendu de feu d’artifice, étrangement !

Plein de monde dans les rues, quatre heures après le passage de la caravane et deux heures après le passage du peloton ; je n’ai pas compris ce qu’ils attendaient encore…

C’était un soir dans un petit village étape de l’Orne, dans le parc national du Perche.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/13855

Haut de page