Confinement, jour 13

Je me suis dis, c’est les hormones, Simone. J’ai accepté l’idée que j’avais des variations hormonales qui faisaient faire le yoyo à mon humeur, que ce soit vrai ou pas, le concept des écluses intérieures me parle. J’ai l’habitude, je surfe sur l’insomnie, j’attends que ça passe. Mais là, c’était comme quand j’ai la boule dans la gorge en août, tous les ans, le coeur au bord des lèvres et les pleurs au bord des cils, quand mon corps se prépare, se rappelle, aux répliques de la mort de Michel, année après année.

Le Roncier, On a pas tous les jours

Beaucoup découvrent aujourd’hui ce que d’autres endurent depuis des décennies…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/14535

Haut de page