Un petit tour en ville

Le piège à cauchemar, Saint-Jean-Trolimon, France, avr. 2012
Le piège à cauchemar

Chercher son chemin dans Bruxelles, que je ne reconnaissais pas, alors que le collègue m’attendait pour charger sa voiture. J’arrive sur une petite place, plein de copains de Paris-Web sont attablés dehors, buvant qui une bière, qui une autre boisson ; personne ne porte de masque et ça m’effraie ! Je rentre dans le bistrot, avec mon vélo à la main et puis lassé d’attendre d’être servi je repars vers ma destination.

Je traverse la très vieille ville aux rues étroites, puis entre dans un quartier mal famé où des prostituées attendent derrière de lourds rideaux rouge grenat ou pourpres ; je finis par trouver la sortie et la lumière pour me retrouver devant le pont qui s’enfonce dans l’eau pendant qu’une péniche attend de pouvoir passer ; elle est quasi au raz de l’eau tandis qu’une énorme vague, derrière, semble attendre elle aussi son tour.

Soudain c’est le signal, une corne de brume souffle et la péniche s’élance à toute allure, suivie bientôt par deux autres ; c’est rapidement l’embouteillage parmi tous les bateaux qui se croisent dans tous les sens, puis finissent par s’éventrer les uns les autres. Une voiture force le parapet en métal et plonge dans les eaux tourbillonnantes, suivie par une seconde, blanche, dont les vitres à l’avant sont ouvertes et dans laquelle se trouve trois ou quatre filles. Au moment où la voiture s’enfonce j’entends distinctement la conductrice dire à ses passagers de défaire leur ceinture pendant qu’elle fait de même. Elles disparaitront sans jamais revenir à la surface.

Je fais demi-tour, toujours avec mon vélo à la main et … Réveil !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/14776

Haut de page