Quand cette culture

Mon banc, Guilvinec, France, août 2015
Mon banc

Je lis woke et j’entends : légumes sautés avec un peu de volaille marinée, alors que pas du tout !

Je lis cancel culture et j’entends : appuyer frénétiquement sur le bouton d’annulation du clavier, alors que c’est pas ça non plus !

Je lis…

Je dois avouer que la mise à jour continue du dernier étage[1] en fonction des termes et expressions utilisées et usitées, spécialement sur les réseaux sociaux, se fait avec quelques temps de retard et ça fait de drôles d’images dans mon ciboulot !

Je lis faire versure et … , ah non, ça, c’est du vieux français et ça veut dire : payer un créancier en s’en créant un nouveau.

Je lis Les Rougon-Macquart en ce moment, et c’est rudement bien dites-donc ! Après La Fortune des Rougon, puis La Curée, suivi par Le Ventre de Paris, je viens d’attaquer La Conquête de Plassans. Un petit va et vient entre la province et la capitale, et ça me fait penser qu’il faut que je regarde si cette sous-préfecture de Plassans existe vraiment :-)

Plassans est une ville fictive qui apparaît dans la série de 20 romans des Rougon-Macquart écrits par Émile Zola entre 1871 et 1893 et qui figure dans le titre du quatrième volume, La Conquête de Plassans (1874). Plassans est la ville d’origine des Rougon-Macquart qui, de là, vont se disperser à travers la France.

[ source : wikipedia : « Plassans » ]

Note

[1] Expression que j’ai piquée à l’ami Pep.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/15031

Haut de page