Soupape

Stand de pêche aux canards, juin 2016
Stand de pêche aux canards

Sur Twitter je (me) demandais ce matin ceci : ça fait combien de temps qu’une manif’ n’a produit aucun effet positif sur l’action du gouvernement ?

Depuis celle des bonnets rouges (en 2013), pas une seule et je comprends pourquoi vu que le rapport de force a changé de camp depuis.

Personnellement je trouve ça très dangereux de supprimer cette « soupape de sécurité » en ne laissant que des moyens d’action plus radicaux, comme la grève générale m’indique-t-on également sur Twitter.

Après bientôt deux ans de pandémie et son lot de chômages partiels, de souffrances dans les familles, de restrictions en tout genre, j’ai du mal à comprendre comment on peut annoncer qu’on va continuer à casser les « sans-dents ». Je suis (peut-être) concerné par la future réforme des retraites — mais ça n’occasionnera pour moi que quelques mois de travail en plus — mais ce n’est pas mon cas qui m’inquiète. Je sens, confusément encore — il faudrait que je relise les études à ce sujet —, que l’âge ou plutôt l’allongement de l’espérance de vie (en plus ou moins bonne santé) est un mauvais prétexte, vu qu’elle n’évolue plus qu’à la marge et plus particulièrement chez la partie riche des citoyens. Quant au déficit de ce régime, il n’est que comptable, et surtout provisoire.

En 2016, l’espérance de vie en bonne santé, c’est-à-dire le nombre d’années qu’une personne peut compter vivre sans souffrir d’incapacité dans les gestes de la vie quotidienne, s’élève en France à 64,1 ans pour les femmes et à 62,7 ans pour les hommes. Elle est stable depuis dix ans.

[ source : « Les Français vivent plus longtemps, mais leur espérance de vie en bonne santé reste stable » ]

Retraites : un déficit moins important que prévu… Une trajectoire “maîtrisée” à l’horizon 2070…

[ source : « Retraites : un déficit moins important que prévu » ]

L’application annoncée de la réforme du chômage au 1er octobre va laisser elle aussi des traces profondes et peser sur les mêmes « sans-dents », ou des membres de leurs familles.

Je vois assez bien l’agenda mis en œuvre depuis le début de l’ère Macron, bizarrement commencée avant même son élection d’ailleurs — pas merci Hollande. Faire basculer dans le privé tout ce qui reste encore de biens communs, spécialement le volet social (retraite, santé, …) ; je me demande même s’ils n’ont pas quelques idées pour privatiser la justice, à commencer par l’application de barèmes, de peines automatiques, …

J’entends le mot « révolution » cité ici et là, mais est-ce qu’une révolution est encore possible à ce jour en France ? J’en suis bien moins que sûr !

Et pendant ce temps not’bon président veut se projeter dans la France de 2030, soit pile l’année ou les objectifs de réduction de production de gaz à effet de serre auront encore échoués à être atteints. Mais faut pas toucher la la sacré sainte croissance, à laquelle on ajoute l’adjectif soutenable pour faire un peu de green-washing, alors que le soutenable sera supporté uniquement par ceux d’en bas ; vous savez ceux qui doivent profiter du ruissellement qu’on attend depuis des décennies.

La planète brûle, et elle n’a pas de soupape, ça va faire mal.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/15035

Haut de page