Notules non diplomatiques n° 22

Bathyscapher
Consiste a mettre des milliardaires qui épuisent la planète dans un submersible qui descend très très profond, genre le Titanic, ou à peu près.
« … Là, tu vois, tout de suite, j’ai comme une envie de me faire imploser dans un bathyscaphe pour que ça cesse… ☠️ », Yann Orpheus, 2023.

En général c’est une envie produite par l’écoute répétée de génériques comme les Barbapapa, « Voici venir les Barbapapa… », ou encore « Voici venir, le temps, des rires et des chants, … »


Adoncques, Wagner (mené par son boss Prigojine) envahit — en fait c’est vite dit parce que mon petit doigt me glisse à l’oreille que ça ne devrait durer très longtemps, je crains une défenestration accidentelle — la Russie et ce pauvre fragile de Poutine qui se plaint que ça se fait pas d’envahir un pays par les armes.

Ou alors c’est l’OTAN qui a embauché Wagner, juste pour foutre le souk là-bas ? Va savoir…


Macron nous annonce une aviation écologique à base de carburants verts — ça va nous changer du rose qu’on met(tait) dans les tracteurs (et les 404 peugeot) — ou de batteries dont la fabrication va saccager des hectares de nature ; c’est ballot.

Et pendant ce temps des initiatives comme Railcoop, qui cherchent à promouvoir les lignes ferroviaires pour le fret et les voyageurs ne sont pas soutenues par l’état.

Ou encore une asso militante ⏚ dissoute par le pouvoir qui n’aime pas qu’on vienne le bousculer sur des questions « secondaires » d’écologie à long terme.

On retient tout ça pour quand il s’agira de faire les comptes, hein ?


Je me questionne souvent sur le pronom à utiliser avec les gens, spécialement lorsque leur genre n’est pas ouvertement défini ou annoncé et je me dit que l’anglais a un gros avantage avec le you/they quand on doit jongler avec quatre formes en français.

J’avais lu il y a longtemps une nouvelle (ou un roman je ne me souviens plus), d’Asimov il me semble, où sur une planète ils utilisent un pronom non genré, ser de mémoire1, pour ça.

Et puis en cherchant bien je me dis que le on pourrait tout à fait convenir et dans tous les cas :

  • On a bien dormi ?
  • On a besoin de quoi ce matin ?

Non ? Il faut qu’on en cause :-)


  1. Dans la traduction française que je lisais à l’époque ↩︎

Ajouter un commentaire

Les champs suivis d'un * sont obligatoires

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://open-time.net/trackback/15753

Haut de page